Paramétrages

lundi 04 mars 2019

Un sprint ? oui, mais sans courir !
Contournez les obstacles de la terminologie agile et scrum

hold the sprints

Imaginez qu’en tant que manager, vous faites partie du comité de pilotage d’un nouveau projet géré avec Scrum. Vous ne savez pas vraiment ce qu’est Scrum, sinon qu’il s’agit d’une nouvelle méthode de développement en plusieurs sprints, avec une équipe dédiée à votre projet. Et en réalité, peu vous importe de connaître les rouages de Scrum. Avec un tel nom, ça ne peut être qu’une bonne méthode

Pour vous, le mot « sprint » évoque Usain Bolt en train de courir un cent mètres. Vous vous imaginez donc en train de courir à toute vitesse, brûlant toutes vos réserves au passage, au lieu de vous régler sur une vitesse de croisière que l’équipe pourrait tenir dans la durée, sans s’épuiser. Après tout, Usain Bolt non plus n’est pas capable de courir un deuxième cent mètres juste après le premier. Sinon, cela voudrait dire qu’il ne s’est pas donné à fond dans la première course, n’est-ce pas ?

Ainsi, dans votre esprit, des « sprints consécutifs » s’apparentent davantage à un relais 4x100 mètres qu’à une course de fond réalisée par la même équipe, bien plus proche d’un marathon.

« En tant que professionnels, nous devons être prudents avec les termes que nous employons pour décrire nos méthodes et nos modes de travail, car ces mots restent dans les esprits et sont ensuite repris. »

La seule chose que les membres de votre conseil d’administration comprendront et retiendront de vos méthodes, ce sont les mots que vous utilisez pour les décrire. Mais ces mots prendront le sens qu’ils leur donneront au quotidien, façonné par leur culture et leurs filtres, et loin de celui que vous aviez défini et qui vous semble si évident...

Alors que faire ? Devons-nous toujours définir les termes que nous utilisons ou devons-nous trouver de nouveaux mots ? J’aime assez l’idée d’imaginer de nouveaux mots, mais c’est un travail de titan. Il faut trouver la formulation appropriée, sans être pompeuse, puis la diffuser… 

« Le choix des mots doit se faire de manière ascendante, dans notre lexique quotidien. Il faut veiller à leur bonne compréhension en permanence, tout en combattant les préjugés dans l’esprit des non-spécialistes. »

Nous devons éviter de nous enfermer dans une métaphore qui répondrait à nos besoins. Dans le cas d’Agile et de Scrum, il est probablement trop tard pour populariser un nouveau mot à la place de ces « sprints » aux sonorités épuisantes (qu’il s’agisse de legs, de drives ou encore de bootlegs), mais efforçons-nous au moins de parler de « sprints Scrum » ou d’« itérations ».

Damien Gauthier, Lean Innovation Consultant, SQLI Switzerland

  • Partagez
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin