Paramétrages


Tuesday 03 January 2017

Danser le Design
En trois leçons (3/3)

Cet article est le dernier d’une série de trois, sur l’approche nécessaire à l’implémentation d’une stratégie centrée sur le design d’expériences. Pour mieux comprendre son contexte, commencez par lire la première partie sur l’axe descendant, et la deuxième sur l’axe ascendant.

Axe transverse : les actions de choc

Un troisième axe est crucial pour vraiment mettre en place une adoption durable du design dans l’entreprise. Le but est subtil : faire connaître au plus grand nombre la pratique et les valeurs du design de façon viscérale, personnelle, directe. C’est à dire passer outre une compréhension intellectuelle, rationnelle, académique du design et faire naître et croître une vraie conscience du design en tant que vocation et trait de comportement.

Vivre le design, c’est s’impliquer entièrement dans le parcours émotionnel de l’autre.

Toucher au sublime

Cela présume donc qu’on connaisse et qu’on comprenne l’autre, qu’on aille à sa rencontre, qu’on respecte et adopte sa perspective. En un mot, qu’on l’aime. Puis il faut se préoccuper de répondre à ses besoins, lui donner du pouvoir, du succès, du bonheur. Or, donner du bonheur est toujours un objectif ambitieux, car contrairement à donner du plaisir, il n’est jamais simple. L’envergure de cet objectif force à s’investir pleinement, à perdre son identité propre, à oublier le temps, à se placer dans l’état de flux créatif si bien décrit par Mihaly Csikszentmihalyi. Dans cet état, on touche au sublime, à quelque chose de plus élevé que soi-même. Le design, c’est là.

>> Consulter "Danser le Design en trois leçons (3/3)" dans son intégralité

  • Share
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin