Paramétrages


Friday 09 November 2018

Bien rédiger pour le web :
une histoire de processus

Vous devez rédiger des articles de blog, mais ne savez pas par où commencer ? La peur de la feuille blanche fait de nouveau surface, alors que vous pensiez l’avoir laissée dans un sombre placard de votre scolarité passée? Voyons comment la mise au point d’une méthodologie de rédaction peut devenir votre plus précieux allié.

1- Écrire pour le web: entre mythe et méthode

Dans l’inconscient collectif, l’image d’un rédacteur s’apparente à celle d’un écrivain : une personne bénie des dieux, qui a pris retraite sur une terre lointaine et bucolique pour « écrire ». Tous les matins, il (ou elle) se lève vers 10 h, après une bonne nuit de repos. Si sa muse ne vient pas l’inspirer de suite, il ira se baigner en tenue d’Adam et Eve dans l’étang situé en bordure de la ferme où il réside pour une durée indéterminée. Après plusieurs jours, avec un peu de chance, il se saisira de son plus beau stylo plume et de son carnet de note d’une marque réputée. Là, sur une table en bois massif, il s’adonnera à sa passion avec naturel pendant douze heures d’affilée, oubliant même de se nourrir.

Plusieurs années passées dans la rédaction web m’ont convaincu d’une chose : la réalité est bien différente et c’est tant mieux !

2- Mise en place d’une méthodologie

Concentrez-vous sur la vision. Faites confiance au Processus (Hold The Vision. Trust The Process).
- Citation à haute vocation inspirante (Pinterest). 

One Process to write them all.
- Dark Writor.

Écrire pour le web s’avère très pragmatique, qu'il s'agisse de rédiger des articles d'actualités, des fiches produits, des annonces publicitaires ou encore des contenus pour les réseaux sociaux. La mise au point d’une méthodologie de travail, d’un processus d’analyse et de rédaction m’a ainsi permis de venir à bout de bien des demandes. Elle m'a sauvé la vie lorsqu’il a fallu « trouver l’inspiration » pour « pondre » en un temps record une soixantaine de fiches de produits concernant du linge de maison (domaine que j’affectionnais évidemment à l’époque), des articles promotionnels sur des passerelles de passage à installer sur les toits des usines, ou encore des annonces AdWords.

Le processus que nous allons voir est généraliste, mais peut répondre à la plupart des demandes de rédaction.  Inspirez-vous-en pour créer le vôtre, et améliorez-le à la longue. Ne vous souciez pas de l’inspiration, vous la croiserez en chemin.

Étape 1 : analyse préalable

Ici, nous nous basons sur les techniques journalistiques pour préparer notre champ d’investigation.

Quelques éléments qui peuvent vous aider :

  1. Utilisez la méthode du QQOQCCP (Qui, Quoi, Où, Quand, Comment, Combien,  Pourquoi) pour répondre aux questions essentielles et avoir une vision globale du sujet
  2. Définissez entre autres le sujet, l’objectif et le ton de l’écrit
  3. Inspirez-vous! Allez chercher de l’information sur le sujet, sur les concurrents, sur les produit

Étape 2 : définissez votre plan de rédaction

En fonction du type de contenu à réaliser, ce plan peut vous être imposé (fiches produits ou annonces publicitaires par exemple) ou être plus ouvert (article de blog). Dans ce dernier cas, j’aime bien définir un squelette de rédaction au préalable qui constituera un canevas d’écriture et un fil conducteur.

Étape 3 : rédigez !

La vraie partie de plaisir commence. Écrivez, même mal: faites des fautes d’orthographe, de grammaire. Allez-y! De toute façon, personne ne vous regarde. Réalisez un brouillon, posez vos idées sur le papier ou dans votre traitement de texte préféré.

Astuce : si la feuille blanche vous nargue encore, peut-être manquez vous de matière. Il serait ici intéressant d’approfondir vos recherches préliminaires.

Étape 4 : allez boire un café

Le principe: laisser reposer votre écrit, pour mieux revenir dessus et le voir avec des yeux neufs. Dans l’idéal laissez de côté votre texte une heure ou deux, voire une journée si c’est possible. Au plus court, laissez dix ou quinze minutes. À cette étape, vous vous rendrez parfois compte que la super idée que vous pensiez avoir trouvée n’en était pas une. Si cela peut paraître frustrant, vous aurez ici l’opportunité de corriger le tir.

Étape 5 : améliorez votre écrit

Ann Handley dans son livre Everybody Writes recommande de faire vos corrections en deux phases. D’abord de manière grossière (« à la tronçonneuse ») : vous remaniez le texte et coupez dans le tas. Ensuite, plus finement en revenant sur l’orthographe ou des tournures de phrase plus poussées.

Étape 6 : faites-vous aider

Faites relire votre texte par une personne extérieure dont vous connaissez les capacités en rédaction, grammaire et orthographe. En anglais, on appelle cela du Proofreading. Ici, votre égo pourrait faire de la résistance devant les remarques de quelqu'un qui ne s’est pas donné autant que vous pour rédiger « votre » contenu. Corrigez en conséquence.

Étape 7: publication

Voilà le moment tant attendu, ou redouté, c’est selon. Mettez en ligne votre contenu, faites-le relire par le client peut-être. Assurez-vous que tous les éléments sont en place (images, liens, poids des éléments, balisage, etc.).

Quelques conseils encore...

Et le référencement naturel dans tout ça ?

Dans le cadre d’un article de blog par exemple, j'introduis les améliorations SEO sémantiques après la rédaction, au niveau de l’étape 5. Si je fais bien sûr une recherche de mots clés et de leur potentiel en amont, je considère que l’on rédige avant tout pour des êtres humains tout en gardant les moteurs de recherche en tête. Essayer d’écrire directement avec les « bons » mots clés bien placés peut constituer un frein à la rédaction. Puis je m'assure du respect des autres optimisations on-page au moment de la mise en ligne.

Comment vous améliorer encore

Suivez ce processus et mettez au point le vôtre, lisez des livres sur la rédaction web ou sur la rédaction en général. Et même si cela est facile à dire, pratiquez autant que possible. Comme Matt Cutts (ancien Monsieur SEO chez Google), faites un 30-day challenge et essayez d’écrire trente minutes par jour pendant un mois. Il ne faut que cela pour réellement progresser.

Jean-Marc Courtiade - Digital Marketing Specialist, SQLI Suisse

  • Share
  • Facebook
  • Twitter
  • Linkedin